Qui sommes-nous ? 
 
Historique et mission :
 

Un groupe de femmes engagées dans le mouvement féministe ouvre en octobre 1981 « Elles Ouvrent La Porte », maison pour les femmes et lieu d’accueil, d’écoute, de création, d’information ou de formation pour les femmes du quartier des Grésillons puis de la ville de Gennevilliers.
Comme la halte garderie « Pleins Grés », née durant la même période, « Elles Ouvrent La Porte » se trouve confrontée au problème des violences faites aux femmes. Ces deux associations s’associent pour créer « Halte et Elles » (centre de formation destiné aux femmes) et en 1992, l’ESCALE, association consacrée spécifiquement aux femmes victimes de violences qu’elle accueille et héberge depuis cette date.
Dans les locaux des fondatrices et avec le soutien de la DDASS, une convention est signée permettant l’ouverture de permanences d’accueil tenues par 2 personnes exerçant en binôme (un regard permettant davantage de recul, en tenant compte des leçons de l’ethnopsychiatrie) de janvier 1992 à juin 1993.
La question de locaux plus grands, plus appropriés et indépendants, se pose rapidement.
En octobre 93, L’Escale obtient ses propres locaux. Elle adhère à la Fédération Nationale Solidarité Femmes la même année.

 
 
Projet associatif

Affirmant que les violences faites aux femmes et notamment les violences conjugales reflètent une situation de domination,
Refusant que les femmes soient au quotidien obligées de vivre des situations de contrainte et d’enfermement dans des rôles stéréotypés,
Dénonçant le fait que les femmes soient toujours victimes de discrimination,
Le projet associatif de L’ESCALE s’inscrit dans le mouvement féministe qui lutte pour l’accès à la dignité, à l’autonomie, à la liberté et aux droits des femmes.

Outre les femmes victimes de violences conjugales, l’Escale accueille les femmes victimes de toutes formes de violences, par exemple des jeunes femmes victimes de violences familiales, des femmes réfugiées politiques, des femmes confrontées à la violence de leurs enfants, à l'inceste, au viol, aux mutilations sexuelles, au mariage forcé, aux violences au travail.

 
 

L’ESCALE - Solidarité Femme gère aujourd’hui 4 structures :
- un service d'écoute et d’accueil sur ou sans rendez-vous
- deux services d’hébergement de 52 places
- une maison relais de 24 places

En 1999, L'ESCALE - Solidarité Femme obtient de la DDASS des Hauts-de-Seine qui finance le projet, la classification de 12 places d'hébergement (15 en 2005 et 23 en 2010 avec des places d'urgence) en "Centre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale" (CHRS).

En 2000, L'ESCALE - Solidarité Femme et trois autres associations des Hauts-de-Seine (le centre FLORA TRISTAN, l'AFED 92, l'ADAVIP 92) mettent en place le dispositif départemental d'accueil téléphonique ou dans les structures, pour un accompagnement social, juridique et un soutien psychologique : "Femmes Victimes de Violences 92".

En 2003, L'ESCALE - Solidarité Femme ouvre, avec l'appui du Conseil Départemental des Hauts-de-Seine qui finance le projet, un nouveau centre d'hébergement de 15 places (25 en 2005, 29 en 2014) : "la Maison Communautaire".

L'ESCALE - Solidarité Femme renforce en 2003, ses activités FVV92 par la création d'un service de lutte contre la précarité. Ce service vise l'insertion et la réinsertion professionnelle et sociale des femmes.

Spécialisée dans l'accueil des femmes victimes de violences, l'équipe professionnelle de L'ESCALE - Solidarité Femme est composée d'assistantes sociales, de conseillères en économie sociale et familiale, de psychologues, de chargées d'accueil et de prévention, d'écoutantes, et de personnel technique et administratif. Son travail s’inscrit dans une démarche de prévention, à la fois auprès du public mais aussi auprès des femmes et de leurs enfants. L’accompagnement est global : le suivi psychologique et juridique reste indissociable de la réinsertion par l’emploi, la formation et le logement. L’ensemble de ces aspects est abordé dès le premier entretien, effectué par deux professionnelles. L'ESCALE - Solidarité Femmes s'intéresse aussi aux enfants toujours victimes des violences conjugales en proposant un accueil et des ateliers plusieurs fois pas semaine.

Les actions de L’ESCALE - Solidarité Femme s’adressent aussi aux partenaires potentiels (police, justice, associations, personnel de santé, travailleurs sociaux, etc.), susceptibles d’être en contact avec les familles concernées mais aussi à travers des actions de formation et de sensibilisation.

La sensibilisation des partenaires à tous les échelons du département, reste indispensable pour une meilleure compréhension, une meilleure prise en compte du phénomène et pour permettre aux femmes victimes de violences d’être accompagnées dans les meilleures conditions tout au long de leur parcours vers l’autonomie. L’ESCALE - Solidarité Femme transmet son expérience et ses connaissances spécialisées et agit pour renforcer les actions partenariales sur le département et la région île de France.

Affiliée à la Fédération Nationale Solidarité Femmes FNSF, l'ESCALE - Solidarité Femme participe aux activités du réseau national et peut accueillir toute femme qui, pour des raisons de sécurité, serait appelée à quitter son département d'origine.

Affiliée également à la l'URIOPSS, l’ESCALE - Solidarité Femme participe à la coordination des centres d’hébergement et de réinsertion sociale généralistes dans le département des Hauts-de-Seine.

 
 
 
www.lescale.asso.fr - © 01.2006